Peugeot 103 vogue

Peugeot 103, Motobécane 51 et bien d’autres : quel est le vrai prix d’une mobylette ?

Dans un article précédent, nous vous avions donné toutes les bonnes raisons de vous remettre à la mobylette. En particulier, nous avions insisté sur le fait que les budgets sont raisonnables pour peu que l’on prenne le temps de la réflexion et que l’on se fixe des objectifs.

1.3 Peugeot

Alors combien cela va-t-il me coûter pour retrouver le Peugeot 103 ou la MBK 51 de mon adolescence ?

 

Le problème est un peu complexe car cela dépend bien évidemment du modèle sur lequel vous avez jeté votre dévolu.

Pour traiter de ce sujet, nous avons tout d’abord choisi d’étendre notre réflexion à tous les cyclos – donc les deux roues de moins de 50 cm3 – depuis les plus anciennes jusqu’à la fin des années 90.

D’autre part nous ne prétendons pas donner ici une côte des modèles mais plutôt un aperçu du marché qui évolue à la hausse depuis plusieurs années.

L’engouement croissant pour la mobylette en France y est pour beaucoup car nombreux sont ceux qui ont découvert qu’ils avaient des trésors dans leurs granges ou leur garage.

C’est pourquoi on trouve maintenant les annonces et les prix les plus farfelus car le moindre possesseur d’une épave de 103 pense qu’il met en vente un objet de collection rarissime alors qu’il s’en est vendu des millions.

Cela fait d’ailleurs pâlir tous ceux qui ont jeté ces cyclos par dizaine à la ferraille il y a quelques années.

Dans les lignes qui suivent, nous essayerons donc de dégrossir ce vaste sujet pour vous permettre de vous repérer et d’éviter les arnaques.

Motobécane Dakota

Peugeot 103 vogue complet et en bon état

MBK Dakota complète : une bonne base à restaurer et un petit budget d’achat

Entre un Peugeot 103 SPX en bon état et une MBK dakota à restaurer, la fourchette de prix très vaste :

 

Il faut en effet se rendre compte que suivant les modèles, leur état , leur rareté et aussi la demande, les prix peuvent varier de quelques dizaines d’euros pour une mobylette très diffusée à l’époque et peu recherchée actuellement, à quelques milliers pour un exemplaire restauré d’un 50cc très en vue comme un Honda Dax ou une Yamaha TY 50.

Alors comment savoir le prix de l’objet de mes désirs ?

Pour y parvenir, nous avons pris le parti de vous présenter quelques critères objectifs qui contribuent à faire le prix de marché d’un cyclo.

 

  • La rareté

La rareté est bien entendu l’un des principaux déterminants du prix d’un cyclomoteur. La période des années 70-90 a été très prolixe quant au nombre de modèles mis en circulation. Certains d’entre eux ont été produits à des dizaines de milliers d’exemplaires tandis que d’autres, souvent victimes d’un succès commercial très mitigé ont eu une durée de vie très courte. De plus, à partir du début des années 90, la plupart des constructeurs a mis en place une politique marketing de séries spéciales pour doper l’attrait de leurs produits sans les modifier fondamentalement.

C’est le cas par exemple des très nombreuses séries spéciales proposées sur la base des Motobécane puis MBK  51.

Je vous recommande à ce sujet l’article de Mobylette-mag qui leur est consacré

https://www.mobylette-mag.fr/577-motobecane-51-toutes-les-series-speciales.html

Donc plus un modèle est rare plus il est cher. Enfin, en principe, car certains modèles présentés comme rares ne le sont pas tant que cela.

Il faut aussi porter une attention toute particulière aux « fausses séries spéciales ». En effet, la disponibilité des pièces mais aussi la refabrication des autocollants et stickers de déco pousse certains amateurs peu scrupuleux à vous proposer des mobylettes reconstruites et modifiées pour ressembler à ces séries limitées : Peugeot 103 Excalibur ou turbo16, MBK magnum racing, mbk 51 Hard rock ….

 

  • Le fait qu’il soit ou non recherché

Certains modèles sont méconnus ou malaimés et leur prix reste modeste car personne n’en veut. Le MBK Hobby, visuellement proche du Yamaha Chappy n’est pas du tout connu ni demandé. Sa côte reste donc très faible malgré sa rareté, contrairement au Chappy très largement diffusé et qui se trouve difficilement à moins de 1000 euros lorsqu’il est en état de marche.

Mais des modèles très courant et très recherchés atteignent eux aussi des côtes importantes car ils ont beaucoup de succès : un Peugeot 103 mvl beige en très bon état est souvent proposé aux alentours de 1000 euros alors qu’il s’en est vendu des milliers à l’époque.

 

  • L’état

Voilà encore un critère très important car les mobylettes ont souvent fait l’objet de nombreuses modifications à l’époque. Trouver un engin conforme à l’origine peut s’avérer compliqué et cela vient bien évidemment impacter le prix de vente.

Soyez là encore patients et attentif : il vaut mieux privilégier un modèle complet et en bon état à une épave car les frais en pièces peuvent venir grever fortement votre budget. Par ailleurs, la rouille s’est souvent introduite partout et en particulier dans les réservoirs. Ceux-ci sont parfois irrécupérables et comme ils sont solidaires du cadre, cela signifie que votre cyclo ne pourra être remis en état. Vigilance donc.

 

  • La disponibilité des pièces

Un exemplaire complet et roulant coûtera souvent plus cher à l’achat mais il faut là encore être vigilant car certaines pièces sont introuvables ou à prix d’or. Essayer de trouver un phare complet ou un garde boue avant de Mobyx par exemple, et vous serez surpris des prix pratiqués :  50 à 80 euros pour un cuvelage de phare et plus de 100 euros pour un garde boue en état.

Il faut donc bien se documenter sur le modèle que l’on souhaite acheter avant de passer à l’acte.

  • Les circonstances de votre achat

Bien sûr, le fait d’acheter à l’unité ou un lot, à un propriétaire ou à un revendeur peuvent changer radicalement les prix.

Pour faire une bonne affaire il faut être parfois juste au bon endroit au bon moment.

Votre voisin débarrasse sa grange pour la vendre, un lot de mobylette est vendu dans une succession, une brocante a lieu dans un village … Autant d’occasions d’obtenir un bon prix surtout si l’on sait être réactif.

Alors, restez en éveil, chiner une mobylette ou des pièces, cela fait partie du plaisir du mobeur.

Piaggio Ciao

Un Ciao de Piaggio : beaucoup d’amateurs pour ce modèle

­En savoir plus sur les prix :

 

Les revues spécialisées donnent souvent des indications de prix lorsqu’elles présentent des modèles.

Mob & Co par exemple indique toujours une fourchette de prix de l’exemplaire à restaurer à celui en parfait état d’origine.

Vous pouvez aussi vous adresser à certains revendeurs qui pourront vous donner des indications sur la disponibilité et le prix des pièces pour le modèle que vous convoitez.

Certains sites comme le https://www.leparking-moto.fr/ compilent les annonces de tous les sites en Europe : cela vous permet de voir les tendances de marché pour le cyclo qui vous intéresse.

En conclusion :

 

Le mieux est sans doute de se fixer un budget en fonction de ses objectifs et de s’y tenir. Cela orientera sans doute vos recherches vers des modèles qui entre dans votre fourchette prévue de dépenses, achat et remise en état compris.

Il faut aussi faire preuve de patience pour ne pas céder à la tentation trop vite : prenez le temps d’aller voir la mobylette avant de vous engager afin de vous assurer de son état, de voir si elle est complète et d’évaluer les frais à effectuer pour la remettre dans un état d’usage conforme à vos attentes.

Il faut enfin être réactif car les spéculateurs et passionnés sont à l’affût et les meilleures affaires sont souvent vendues en quelques minutes.

Pensez aussi que la recherche fait partie intégrante du plaisir de la mobylette.

Commentaire désactivé