Le Carburateur de mobylette

épisode 1 le fonctionnement

Les moteurs deux temps sont relativement simples dans leur conception et leur mode de fonctionnement. Toutefois, cela ne veut pas dire que leur mise au point est simple. Entre un moteur qui démarre et un moteur qui fonctionne parfaitement, il y a quantité de mises au point à faire : allumages, carburation, variation …

Ces différentes mises au point dépendent de votre configuration, du soin apporté au montage ou à la restauration, de ma machine sur laquelle est montée le moteur et aussi du poids du pilote ! Cela nécessite de la rigueur et de la précision si on veut un résultat performant.

C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui de consacrer deux articles au carburateur.

Ce premier épisode est consacré au fonctionnement du carburateur. Une bonne compréhension des principes de base de ce fonctionnement est en effet nécessaire pour bien comprendre les réglages possibles.

Dans un second temps, l’épisode 2 de l’article sera consacré au réglage du carburateur.

Le principe du carburateur :

 

Avant d’expliquer comment régler son carburateur, il me semble indispensable de bien en rappeler le principe qui est d’ailleurs valable quel que soit le véhicule qui en est équipé.

Le carburateur pour fonction de permettre de fournir au moteur un mélange d’air et de carburant optimisé pour permettre de créer dans le cylindre une explosion grâce à l’étincelle fournie par la bougie. Cette explosion pousse le piston vers le bas créant ainsi le mouvement qui permet au véhicule d’avancer.

On comprend donc que la qualité du mélange fourni au moteur va en conditionner les performances.

Le mélange idéal correspond à une proportion de 14,7g d’air pour 1g de carburant soit un rapport de 4,7:1 .

Tout l’enjeu du réglage de carburateur est de s’approcher au plus près de cette valeur idéale et de la conserver quelle que soit le régime moteur.

carburateur le fonctionnementnt

Les composants de votre carbu

 

Le schéma ci-dessus présente les différents composants d’un carburateur :

  • La cuve avec le flotteur et le pointeau pour gérer le niveau de carburant
  • Le corps du carbu où s’effectue le mélange Air / carburant
  • Le circuit de ralenti composé d’une vis d’air (ou de richesse), d’un canal d’air, d’un gicleur de ralenti et d’une vis de ralenti (ou vis de buttée de boisseau)
  • Le circuit principal avec son arrivée d’air principale (sur laquelle se fixe le filtra à air, son conduit d’admission, son gicleur principal vissé sur le diffuseur qui permet de vaporiser le carburant contenu dans la cuve, le boisseau qui ouvre plus ou moins l’admission d’air et qui est commandé par le câble d’accélération. Fixée au boisseau l’aiguille monte dans son puis pour laisser le passage au carburant en provenance du gicleur.
  • Enfin, le système de starter commandé par un câble ou une manette. Il permet d’obturer partiellement l’arrivée d’air pour fournir un mélange plus riche au moteur lors des démarrages à froid.

Comment fonctionne le carburateur de mobylette ?

 

Le carburateur a donc pour rôle de permettre de mélanger de l’air et du carburant dans les bonnes proportions pour les injecter dans le conduit d’admission.

Pour cela, le carbu dispose d’une cuve qui recueille l’essence du réservoir grâce à une durit. Un pointeau s’ouvre et se ferme pour maintenir un niveau constant de carburant dans la cuve.

Le carburant est ensuite envoyé dans le corps du carburateur grâce à un gicleur.

Lorsque l’on n’actionne pas la poignée d’accélérateur, le circuit de ralenti se charge de créer le mélange air / carburant (au travers du gicleur de ralenti). A noter que certains carburateurs ont un seul circuit : par exemple les Dellorto SHA ou Bing.

Lorsque l’on tourne la poignées de gaz, le boisseau s’ouvre pour laisser entrer l’air et l’aiguille monte pour laisser passer le carburant au travers du gicleur principal. Le mélange ainsi réalisé est injecté dans l’admission.

Pour être complets, il faut noter que les modèle de moteurs 2 temps à graissage séparé incluent un circuit de graissage dans le carburateur. Il permet d’ajouter au mélange air / carburant une petite quantité d’huile pour lubrifier le moteur. L’huile n’est donc pas mélangée préalablement au carburant mais ajoutée au moment de l’admission grâce à une petite pompe à huile. Vous pouvez lire à ce sujet un article qui lui est consacrée sur ce blog.

stokey-carbu03-min

Kit complet de carbu avec admission et graissage séparé pour 103 FOX

Deux types d’admission sur les moteurs de vos mobylettes et cyclo :

 

On peut distinguer deux types d’admission sur les moteurs de nos cyclos : l’admission directe dans le cylindre et l’admission par clapets dans le carter moteur.

L’admission directe est effectuée par une pipe d’admission fixée sur le cylindre : c’est le cas des moteurs AV7 de Motobécane ou les moteurs E50 de la marque Puch par exemple.

L’admission par clapets se fait au niveau des carters moteur comme sur le moteur AV10 de Motobécane et le moteur du Peugeot 103 par exemple.

Cette seconde solution permet d’obtenir de meilleures performances et d’avoir une meilleure lubrification des éléments mécaniques.

stokey-carbu02-min

Carburateur SHA 15 avec pipe d’admission et clapets

Les différents types de carburateurs de mobylettes :

 

Nous l’avons évoqué plus haut, vous pourrez avoir à faire principalement à 3 grands types de carburateurs sur votre mob ou votre mécaboîte :

  • Un carbu simple type Dellorto SHA, qui ne comporte pas de circuit de ralenti ni de vis de richesse. Il n’y a qu’un gicleur principal et une vis de ralenti qui ouvre légèrement le boisseau pour laisser entre un filet d’air lorsque la poignée de gaz n’est pas actionnée. Les réglages sont plus simples mais forcément moins précis. Ils conviennent parfaitement pour des configurations moteur type origine ou peu poussées.
  • Les carburateurs type Dellorto PHBG qui ont un circuit de ralenti. Ils disposent d’une vis d’air qui joue un rôle au ralenti et à mi-régime et d’un gicleur de ralenti.
  • Enfin, des carburateurs spécifiques aux modèles à graissage séparé comme les Peugeot Fox ou les Tomos par exemple.

Il faudra donc identifier clairement le type de carburateur dont vous disposez.

Outre cette typologie, les carburateurs se distinguent par la dimension de leur conduit d’admission de carburant : la valeur correspond au diamètre intérieur de ce conduit.

Chaque carburateur devra donc être associé à une pipe d’admission de la même dimension.

Il existe aussi deux types de montage du carbu sur la pipe d’admission :

  • Le montage rigide : le carburateur si fixe directement sur la pipe d’admission
  • Le montage souple : un manchon en caoutchouc est intercalé entre la pipe et le carburateur.

En cas remplacement de votre carburateur, il faudra apporter un soin particulier dans le choix de ce dernier en fonction de votre configuration.

Par exemple, rien de sert de mettre un carburateur de 19 sur une configuration d’origine AV10 qui ne sera pas en mesure d’admettre une grande quantité de mélange air/carburant au regard des dimensions et du nombre des transferts du cylindre.

stokey-carbu01-min

A gauche un carburateur de type PHBG et à droite un carburateur type SHA avec uniquement un réglage du ralenti.

Conclusion :

 

Comme vous pouvez le constater, les principes de fonctionnement du carburateur sont assez simples à comprendre.

Ce préalable est cependant indispensable pour identifier votre type de carburateur, vous assurer qu’il est en bon état et enfin savoir sur quels éléments vous pouvez agir pour faire vos réglages.

Prochainement un autre article abordera la question du réglage des carburateurs sur votre cyclo.

Un article rédigé par Arnaud – Mob Collector

 

Mob Collector

Commentaire désactivé